Résumé (the Lancet 22 juillet 2021)

DOI : https://doi.org/10.1016/j.eclinm.2021.101044

Fond

Les conséquences cognitives possibles du COVID-19 sont de plus en plus préoccupantes, avec des rapports de symptômes de « Long COVID » persistant dans la phase chronique et des études de cas révélant des problèmes neurologiques chez les patients gravement touchés. Cependant, il existe peu d’informations sur la nature et la prévalence plus large des problèmes cognitifs post-infection ou à travers la propagation complète de la gravité de la maladie.

Méthodes

Nous avons cherché à confirmer s’il existait une association entre les données de performance cognitive transversale de 81 337 participants qui, entre janvier et décembre 2020, ont effectué une évaluation optimisée pour le Web et validée cliniquement dans le cadre du Great British Intelligence Test, et les éléments du questionnaire capturant l’auto-évaluation de Infection au COVID-19 suspectée et confirmée et symptômes respiratoires.

Résultats

Les personnes qui s’étaient remises de COVID-19, y compris celles qui ne signalaient plus de symptômes, présentaient des déficits cognitifs importants par rapport aux témoins lors du contrôle de l’âge, du sexe, du niveau d’éducation, du revenu, du groupe racial-ethnique, des troubles médicaux préexistants, de la fatigue, de la dépression et de l’anxiété . Les déficits étaient d’une taille d’effet substantielle pour les personnes qui avaient été hospitalisées ( N  = 192), mais aussi pour les cas non hospitalisés qui avaient une confirmation biologique de l’infection au COVID-19 ( N  = 326). L’analyse des marqueurs de l’intelligence prémorbide n’a pas confirmé la présence de ces différences avant l’infection. Une analyse plus fine des performances à travers les sous-tests a soutenu l’hypothèse que COVID-19 a un impact multi-domaine sur la cognition humaine.

Interprétation

Interprétation. Ces résultats concordent avec les rapports de symptômes cognitifs de « Long Covid » qui persistent dans la phase chronique précoce. Ils devraient servir d’appel à des recherches supplémentaires avec des cohortes longitudinales et de neuroimagerie pour tracer des trajectoires de récupération et identifier la base biologique des déficits cognitifs chez les survivants du SRAS-COV-2.

Le financement

Le financement. AH est soutenu par le UK Dementia Research Institute Care Research and Technology Center et le Biomedical Research Centre de l’Imperial College de Londres. WT est soutenu par le Centre EPSRC de formation doctorale en neurotechnologie. Le SRC est financé par une bourse clinique Wellcome Trust 110 049/Z/15/Z. JMB est soutenu par le Medical Research Council (MR/N013700/1). MAM, SCRW et PJH sont, en partie, soutenus par le National Institute for Health Research (NIHR) Biomedical Research Center à South London et Maudsley NHS Foundation Trust et King’s College London

Déficits cognitifs chez les survivants du COVID-19

Vous pourrez aussi aimer

Laisser un commentaire